Le point en avril 2019

Main dans la main, en commentant plein de vie ce qu’ils apercevaient sur la mer, de l’autre côté de la route… Observant d’un peu plus loin Karam et son petit frère alors que nous nous rendions au bowling du coin pour faire une partie, l’émotion est montée d’un seul coup. Ce petit garçon que j’avais découvert cloitré dans son appartement, silencieux parce qu’il ne parlait pas devant une personne étrangère à la famille, accroché au bras de sa mère, ce garçon qui me restera cher à tout jamais, avait renoué avec la vie. Et pourtant… Il n’avait jamais été scolarisé, n’avait pu l’être en Grèce, et se retrouve aujourd’hui sur la route des Balkans, attendant que la neige fonde pour poursuivre en famille sa route vers un futur improbable. Mais il souriait, riait, avait dépassé quelque part un traumatisme qui l’avait trop longtemps bloqué. Et les messages, les photographies qu’il m’adresse encore aujourd’hui en témoigne : ce petit garçon dispose d’une belle résilience, et sans doute la présence de Choosehumanity sur place lui a-t-elle permis de fleurir…

Si j’évoque aujourd’hui cette rencontre, c’est qu’elle joue un rôle motivationnel important pour la poursuite de nos actions sur le terrain. Certes, nous distribuons des vêtements et de la nourriture… Certes, c’est important. Mais les effets ne sont pas durables, ce qui nous donne parfois ce vertige engendré par un puits sans fond. Les actions individuelles, telles la prise en charge d’un enfant en souffrance, la mise à disposition d’un physiothérapeute pour en stimuler un autre et apprendre à sa mère les gestes à prodiguer pour garantir un effet qui perdure, l’apprentissage de techniques respiratoires pour faire face aux angoisses, le soutien psychologique que l’on peut offrir sont autant de façon sont autant de façons, dans une relation de proximité, d’agir sur un plus long terme. Les deux approches sont nécessaires, aussi est-ce dans cette direction-là que nous poursuivrons notre route cette année.

Dans le feu de l’action, il est parfois difficile de mesurer les accomplissements. La préparation de notre troisième assemblée générale en mars dernier nous a permis de le faire. Nous pensons avoir accompli « de grands petits pas », et quelque part, nous en sommes fiers. Fiers aussi de pouvoir inscrire nos actions dans un partenariat constant avec différentes instances locales.

Fin 2018, Choosehumanity créait une association partenaire reconnue par les autorités grecques : ΠΡΩΤΑ Ο ΑΝΘΡΩΠΟΣ (ChooseHumanity – Greece). Celle-ci prendra en charge le volet légal, et plus particulièrement le projet « Asylum Seekers Information Services Team (A.Ss.I.S.T.) » qui permettra aux réfugiés d’être mieux préparés à leur premier entretien d’asile. Vous trouverez sur le site www.assistchios.info de nombreuses informations le concernant.

Est-il utile de préciser que les questions financières restent toujours aussi douloureuses ? Nous avons l’an dernier déployé une énorme énergie à rechercher des fonds, sans vraiment rencontrer le succès espéré. Il devient de plus en plus difficile de gagner la confiance du public, surtout pour des domaines où « les images émotionnelles » ne peuvent pas être produites (les aspects légaux notamment, mais aussi tout ce qui concerne des frais tels que la location d’un local, la réparation de la voiture de fonction, la benzine si onéreuse en Grèce). Nous nous refusons d’ailleurs d’entrer dans ce jeu-là…. Non… Nous ne posterons pas le portrait d’un enfant en larmes pour toucher le coeur d’éventuels donateurs. Un peu naïvement peut-être, nous voulons continuer à croire que nous sommes entourés de personnes qui nous accordent leur confiance pour définir les priorités. Et peut-être que parmi celles et ceux qui nous lisent ici, certains se manifesteront pour nous servir de relais et toucher des milieux qui ne nous sont pas familiers (économiques, médicaux, juridiques).

Continuez de nous suivre sur Facebook (Choosehumanity) et alimentez notre motivation en diffusant autour de vous tout ce qui pourrait contribuer à mieux faire connaître ce qui se passe à Chios, et plus largement en Grèce. Cela nous concerne tous !!!

 

 

 

Merci, « docteur Pierre »

Après une seconde mission de 4 semaines sur le terrain, Pierre-Alain Schmied (médecin recommandé par Choosehumanity à une équipe médicale sur place), a fait parvenir à ses proches un courrier que nous tenons à partager ici. Nous retrouvons aisément dans ses lignes sa grande humanité et son professionnalisme. Nous tenons à lui dire combien nous sommes fiers de pouvoir collaborer avec lui, et le remercions du fond du coeur pour toute l’attention qu’il a offerte (et continue d’offrir depuis la Suisse) aux réfugiés de Chios. BRAVO, « docteur Pierre » comme le nomment les gens là-bas.

Tu es une personne hors du commun !!!!

Pouvoir bénéficier de ta confiance et de ton soutien est un cadeau !!!

 

Courrier de Pierre-Alain adressé le 11 novembre 2018

Chers amies et amis,proches et lointains qui m’avez encouragé et soutenu,

Sentiment mitigé après un second séjour à Chios pour aider les nombreux réfugiés qui continuent d’arriver  en nombre. Le manque de places est criant. Les nouveaux venus, entassés au mieux dans de petites tentes, au pire à la belle étoile,  reçoivent une unique couverture permettant à peine d’adoucir le poids du corps sur le sol dur. Pas moyen de se protéger du froid qui envahit peu à peu l’île et le camp, ni des rats qui prennent possession des lieux, s’activant nuit et jour depuis octobre.

L’administration du HCR et de l’Union européenne est débordée. Les seconds entretiens des réfugiés pour évaluer le droit à l’asile sont programmés en 2021, voire 2022, imposant de survivre dans l’enceinte du camp dans des conditions déplorables. Les situations médicales individuelles particulières, dramatiques, ne sont pas prises en compte.

Médicalement, la situation est catastrophique : pas de médicaments, délai d’attente de plusieurs mois pour un traitement spécialisé.  J’ai vu en nombre des réfugiés de Syrie, d’Iran, d’Irak, d’Afghanistan, du Cameroun, des deux Congos, du Ghana, psychologiquement et physiquement détruits par les violences subies dans leur pays : paralysie due à des lésions de la colonne vertébrale, lésions thoraciques et abdominales par arme blanche et explosions, séquelles physiques et psychologiques de viols en bande de femmes,  et d’hommes aussi, : dépression, attaque de panique, anxiété, fibromyalgie invalidante, état douloureux chronique,  infections virales (hépatite B, HIV), blessures séquellaires sévères  de la sphère génitale avec des prises en charge physique et psychologique au printemps 2019, au plutôt…

Que dire à cette femme de 26 ans, violée, en pleurs, devant partager une petite tente avec 5 hommes inconnus, et à qui je dois annoncer la contamination par le virus de l’hépatite B et qu’on ne pourra pas obtenir les tests virologiques complémentaires pour connaître le stade de l’infection ?

Que dire à cette femme  de 60 ans, souffrant d’ostéoporose, dont le traitement a été confisqué par la police à son arrivée, et qui attend depuis plus d’un mois le traitement ad hoc demandé dans un rapport médical circonstancié pour éviter une fracture de la colonne vertébrale ou du fémur ?

Que dire à ce réfugié violé en bande, qui attend depuis de nombreuses semaines de voir le chirurgien pour réparer la destruction musculaire anale et le prolapsus rectal ?

Que dire à cet homme qui attend depuis avril une prise en charge de sa contamination HIV ?

Que dire à ce jeune de 17 ans, après avoir suturé les lésions multiples d’automutilation par rasoir, que l’aide psychologique  ne peut être apportée ?

Que dire à cette jeune femme avec une scoliose sévère  et bosse lombaire, dormant sur par terre, que le matelas demandé pour éviter des complications de la moelle épinière est refusé ?

Que dire à ces femmes et hommes, nombreux, qui ont développé  une fibromyalgie, état douloureux permanent et invalidant, empêchant le sommeil, et dont le seul traitement médicamenteux possible est retardé ou refusé pendant des semaines, malgré justification médicale répétée, par des fonctionnaires non médecins. 

Dans le chaos ambiant, je me dois cependant de souligner les actions remarquables et indispensables :

– De Choosehumanity, à Fribourg, et de sa présidente Mary Wenker, qui sans relâche avec l’aide de Nina, bénévole américaine, distribue vêtements et couvertures, lait pour les nouveaux nés, assure le traitement de physiothérapie de paraplégiques, fournit les moyens auxiliaires pour faciliter la vie quotidienne des blessés de guerre. De sa collègue qui effectue des traductions et coordonne leur projet si important « Emergency Legal Aid / ELA Chios »,

– De l’organisation Chios Advocates Abroad qui tente d’infléchir l‘immobilisme des autorités dans les situations désespérées,

– De Jasper, réfugié syrien, qui cuisine quotidiennement plus de 250 repas, pour nourrir notamment les réfugiés disséminés dans la ville, mais aussi les jeunes mineurs non-accompagnés pris en charge par une institution qui dit ne pas disposer des fonds nécessaires à les nourrir.

Je me sens impuissant après 4 semaines sur place, même si whatsapp permet de maintenir les liens tissés et d’agir à distance pour maintenir une pression sur les décideurs, alors que Mary, Nina, Jasper continuent avec courage et ténacité depuis de nombreux mois et années d’apporter une aide pratique et quotidienne avec humanité  et chaleur humaine dans ce monde de violence qui nous concerne et dont nous sommes tous responsables.

Merci à vous, amies, amis, qui avez témoigné de votre empathie et de votre soutien par vos messages, vos actions et vos dons à Choosehumanity.

Avec mes meilleures salutations.

Pierre Alain

Fière de toi !!!!!!

Tu as 32 ans et tu as la vie devant toi !!!!

Tu n’as pas gagné le gros lot en naissant dans un pays dont le peuple doit se battre pour survivre. Dans un pays où l’école et la formation ne font pas partie des priorités. Dans un pays où les bombes pleuvent, où la violence fait rage. Les départs dans la vie dont souvent déterminés par un hasard qui me glace, me révolte. Première injustice, avec laquelle il faut vivre. Ou survivre…

Alors que tu rejoignais la ville pour tenter d’y trouver un travail, tu as été victime d’un bombardement. Sans le soutien des tiens, sans un accompagnement médical digne de ce nom, tu es parvenu à récupérer l’usage de tes jambes, tant bien que mal. Mais tu savais que là-bas, tu ne pourrais pas aller beaucoup plus loin. Alors tu as décidé de partir. Et comme tant d’autres, tu as rejoint la Turquie avant de t’embarquer dans un bateau de fortune pour rejoindre la Grèce. Et tu es arrivé à Chios, où je t’ai rencontré. Un homme de courage !

A l’hôpital où tu as été emmené, un médecin, aussi pourri que tant d’autres là-bas, t’a signifié que jamais tu ne pourrais retrouver l’usage de tes jambes. Et on t’a cloué dans une chaise roulante. Cette même chaise où tu étais assis, lors de notre première rencontre, le regard si triste… Tu n’as plus quitté ta chambre et tu as sombré dans une dépression profonde. Tu as pu bénéficié d’un soutien psychologique quelques mois, avant que le UNHCR ne coupe les vivres et te dirige vers l’hôpital pour poursuivre le traitement… Qui n’a jamais repris, puisque tu n’as jamais été contacté…

Je t’ai rencontré et je t’ai dit que si tu n’avais plus la force d’agir, j’aurais la force de pousser ta chaise. Le lendemain, tu te tenais droit sur tes jambes, t’aidant de cannes que personne n’avait pensé à te fournir. Et tu as promis que chaque jour, tu marcherais un peu pour renforcer ta musculature. Que chaque jour tu irais respirer l’air à l’extérieur de la pièce. Qu’un jour, tu serais à nos côtés pour oeuvrer comme bénévole, parce que tu as tant à offrir.

Je suis si fière de toi. Je crois en toi ! Poursuis ce chemin la tête haute !!!!!

Tu ne dois rien à personne !!!! Tu ne peux qu’être fier de toi !!! Tu es un héro !!

 

Extension de notre projet ELA ! Agir sur la prévention !!!!!

Sur l’île de Chios, les espoirs de trouver refuge et une nouvelle vie en Europe sont anéantis. Subsistent les craintes engendrées par des procédures d’asile incomprises et la détresse face aux conditions de vie déplorables dans l’unique camp de l’île. Beaucoup de demandeurs d’asile y sont piégés depuis plus d’un an, ont vu leurs demandes rejetées et sont maintenant confrontés à des procédures prolongées dont ils n’ont que peu ou pas de compréhension.
Grâce à notre projet d’aide juridique d’urgence Emergency Legal Aid / ELA Chios, nous tentons de réduire l’incertitude et la souffrance pour autant de demandeurs d’asile que nos ressources le permettent. Pour trois de nos clients, tous arrivés à Chios il y a plus d’un an et demi, les erreurs qui ont été commises dans leur procédure d’asile pourraient les amener à être emprisonnés, torturés et potentiellement condamnés à mort s’ils sont effectivement expulsés.
Des expériences comme celles-ci nous ont aidés à réaliser qu’une intervention précoce dans le processus d’asile est essentielle. ELA a donc lancé un programme d’intervention précoce qui pourra atteindre un grand nombre de demandeurs d’asile. Celles et ceux qui en sont aux prémices pourront bénéficier de séances d’information de groupe et d’une préparation individuelle aux interviews. Deux avocats internationaux autofinancés, qualifiés et expérimentés travaillent d’ores et déjà en étroite collaboration avec les juristes grecs d’ELA pour fournir des prestations de qualité. Grâce à nos partenaires de Refugcomm.com, ELA diffuse des documents de qualité, accessibles aisément, conçus également à l’intention de personnes analphabètes, disponibles dans les langues majoritaires de la migration.

Grâce aux services d’interprètes et de traducteurs qualifiés (dont beaucoup sont des demandeurs d’asile et des réfugiés eux-mêmes) ELA permet à chaque client de comprendre au mieux le processus et les éléments clés pertinents relatifs à leur cas. En reconnaissance de leurs compétences, les interprètes demandeurs d’asile / réfugiés sont rémunérés pour leurs services. Une meilleure compréhension du processus et de la confiance gagnée par les candidats est bénéfique, tant pour eux que pour les enquêteurs des services d’asile grecs et européens. Les avocats grecs ELA sont également disponibles pour les candidats pour une représentation légale aux entretiens officiels est indispensable.
ELA continue à soutenir des cas d’urgence, principalement émanant de demandeurs d’asile faisant recours contre des décisions de rejet. Outre la représentation juridique directe en appel, nos avocats ELA fournissent également une assistance aux collègues nécessitant du soutien pour mener d’autres affaires, fournissant des conseils et des avis juridiques écrits sur diverses questions. Il va sans dire que les prestations sont offertes gracieusement, tant aux réfugiés qu’aux collègues en demande d’information !!!!!
ELA s’est fixé pour objectif de récolter 15 000 euros dans les 3 prochains mois, ce pour assurer tant l’expansion du projet afin d’inclure des services d’intervention précoce, que pour garantir la poursuite des services de nos avocats grecs.

 

A titre informatif, notre projection budgétaire juin 2018 – mai 2019 s’élève à environ 40’000 euros.

Vos dons généreux nous permettront de continuer à fournir une aide juridique indépendante et une représentation sur l’île «hotspot» de Chios ! MERCI du fond du coeur !!!!

 

Le faire en utilisant Paypal :
paypal.me/Choosehumanity

Le faire en utilisant un transfert bancaire :

Banque Raiffeisen Fribourg Ouest, 1752 Villars-sur-Glâne
Account :
CHOOSEHUMANITY
Impasse du Croset 23, 1753 Matran
IBAN : CH35 8015 9000 0160 8406 6
BIC/SWIFT: RAIFCH22159

 

 

Sur le terrain avec Pierre-Alain Schmied

Belle expérience, en ce mois de juin 2018, que de partager l’un de mes nombreux séjours à Chios avec Pierre-Alain Schmied, jeune médecin retraité suisse qui s’était adressé à Choosehumanity pour offrir ses services en qualité de bénévole.

En préambule, il importe de préciser que lorsque des volontaires se présentent, nous les adressons, en fonction de leur profil, à l’organisme qui semble le plus adéquat sur le terrain. C’est donc très naturellement que nous avons proposé les services de Pierre-Alain à l’équipe médicale espagnole SMH, qui l’a immédiatement recruté.

Quelle chance pour nous tous ! Avoir un médecin qui cumule tant d’expériences, tant en Suisse qu’à l’étranger dans des environnements affectés par la guerre pour le CICR. Un médecin doué de formations multiples, mais surtout d’un sens aigu de l’humanité et du professionnalisme. Les retours que nous avons eus de l’équipe espagnole nous l’ont confirmé : Pierre-Alain, c’est une plus-value incontestable.

Côtoyer Pierre-Alain durant ce séjour, lui expliquer ce qu’était la situation, et comment elle avait évolué depuis mon premier passage en mars 2016 m’a permis de prendre du recul, et de mesurer véritablement l’impact de la politique migratoire sur la vie de ces réfugiés en quête d’un avenir meilleur.

Ce qui m’a prioritairement choquée, c’est la façon dont le UNHCR, organisme en charge des personnes dites vulnérables (femmes seules, femmes ou hommes seuls avec enfants, mineurs non-accompagnés, gays, lesbiennes, transgenres, personnes handicapées) sont – on peut le dire – actuellement maltraitées par une structure reconnue au plan international, à qui tout un chacun fait confiance les yeux fermés.

En 2016, ces personnes étaient repérées et annoncées lorsque nous accueillions les bateaux sur les plages, avant d’être placées dans des appartements ou des hôtels mis à disposition. Aujourd’hui, l’on croise dans le camp des personnes en chaise roulante, des mineurs, des femmes seules, souvent victimes de harcèlement ou de violence. Des personnes vulnérables qui ne bénéficient plus de la protection particulière à laquelle elles ont droit. Quelques exemples parmi d’autres….

Lors de l’arrivée d’un bateau, Pierre-Alain a accueilli un jeune homme syrien de 22 ans dont le visage avait été complètement détruit par une bombe. Il ne lui reste pratiquement pas de joues, et seul un petit origine lui permet d’ingurgiter, lorsqu’il est allongé, de la nourriture dûment mixée. Nous n’osons imaginer l’état de ses membres internes… Un incident a justifié une hospitalisation. Le lendemain, un membre de notre équipe le retrouvait au camp, seul dans une tente igloo planté à même le sol dans la broussaille… Bravo le UNHCR ! Pierre-Alain s’est empressé de le signaler à qui de droit… A suivre…

Une jeune femme congolaise de 22 ans voyage seule elle aussi. Elle réside dans une chambre misérable. Lorsqu’on lui annonce, un matin, qu’elle sera déplacée dans les heures qui suivent, pleine d’espoir, elle se réjouit. Peut-être aura-t-elle enfin droit à un endroit non seulement décent, mais garantissant des conditions sanitaires minimales…. Le jour même, elle nous contacte, en larmes. Et nous envoie des photos…. Une chambre sale, avec des matelas sales, des détritus dans les armoires (qu’on leur a interdit de vider), des toilettes qui ne fonctionnent pas, une douche non fonctionnelle… Une affiche qui décline les règles à suivre pour cuisiner : comment le pourraient-elle, il n’y a en tout et pour tout qu’une assiette et une cuillère dans les armoires…Trois femmes, africaines, effondrées… Bravo le UNHCR ! Une bénévole de notre équipe, comme nous, décide de rompre la règle et de se rendre sur les lieux, avec ce qu’il faut pour rendre cet endroit un tant soi peu accueillant…. Des produits de nettoyage, des couverts, un joli rideau de douche, des couvertures pour recouvrir les matelas, et beaucoup d’huile de coude.

Bachir a 10 ans… Il est mutique et terne, après avoir assisté au bombardement de sa maison et à l’assassinat de 5 personnes… Par chance, le papa dispose des moyens nécessaires à louer une chambre pour les 2 prochains mois dans un sous-sol pour éviter à son fils d’accumuler d’autres traumatismes dans le camp : la nuit noire parce qu’il n’y a pas d’électricité (et que Bachir ne dort qu’avec de la lumière), les bagarres, les cris, les tentatives de suicide parfois même. Nous rencontrons la famille et commençons à apprivoiser l’enfant, travail rétribué après 2 semaines par de jolis sourires et une confiance accordée. Bravo le UNHCR ! S’il n’y avait pas de petites associations indépendantes, que deviendraient ces gens. Où Bachir dormira-t-il en août ? Sans doute contribuerons-nous à financer un logement s’il est condamné à retourner dans le camp, prévu pour 800 personnes, actuellement occupés par plus de 1500 réfugiés.

Dur, dur, tout cela. On ne s’y habitue pas. Et c’est bien. Mais il faut en parler. Se sentir soutenu. J’ai eu la chance de trouver cela en la personne de Pierre-Alain. Cela m’a fait du bien d’échanger avec lui. Partager. Evoquer mes doutes, mes questionnements, le sentiment difficile généré par la prise de conscience de mes limites. Il était agréable de le faire avec quelqu’un qui connaît cela mieux que moi. Avec quelqu’un qui parle non seulement ma langue, mais le même langage. Celui de la solidarité !

Merci Pierre-Alain pour tout ce que tu as apporté et donné !

Mary Wenker, présidente

Réfugiés gays, lesbiennes ou trans : soutenons-les !

 

Quand on vient d’un pays comme l’Egypte, la Guinée, l’Irak, l’homosexualité et la transsexualité ne sont pas uniquement difficiles à vivre. Avoir une orientation sexuelle différente de celle dite « de la norme », c’est non seulement risquer l’exclusion. C’est aussi et surtout mettre en péril sa sécurité, celle de l’entourage parfois également. Faut-il rappeler que dans certains pays, ne pas dénoncer l’homosexualité d’un(e) proche est condamnable ?

Du point de vue de l’asile, les homosexuels et transgenres constituent une population vulnérable dans le sens légal du terme. Ces hommes et ces femmes ont droit à une attention particulière. Leur orientation sexuelle figure parmi les critères pris en compte pour l’octroi du statut de réfugié. En Grèce, comme ailleurs, force est de constater que ce n’est pas toujours le cas. A Chios par exemple, les homosexuels et transgenres ne bénéficient pas d’un lieu qui leur est spécifiquement consacré. Nombreux sont ceux qui vivent dans le camps de Vial, victimes de harcèlement ou de violence.

Choosehumanity, dans le cadre de son projet d’aide légale d’urgence (ELA) a été sollicité à plusieurs reprises pour défendre les droits de ces personnes. Nous sommes intervenus pour demander, avec l’aide d’un interprète, le transfert de 3 personnes dans des appartements protégés. Notre avocat a soutenu plusieurs personnes dans leur procédure d’asile pour éviter qu’un rejet n’aboutisse à une déportation. Ainsi, le cas de B., qui vit aujourd’hui à Athènes, et qui bénéficie d’un statut stable. Ou encore de A., dont le partenaire, qui est décédé des suites de tortures infligées dans la prison où il avait été incarcéré dans son pays d’origine.

Pour rappel, ELA se compose d’une équipe de bénévoles qui assiste deux avocats grecs engagés pour mener à bien des recours ou d’autres démarches juridiques, afin d’éviter des déportations qui pourraient être lourdes de conséquences pour les requérants. Comme il ne nous est pas possible, par souci de confidentialité, de détailler les situations que nous rencontrons, il nous est particulièrement difficile de réunir les fonds nécessaires à rétribuer nos avocats grecs, seuls habilités par la loi pour effectuer ces tâches.

Nous sollicitons aujourd’hui la communauté LGBT pour nous aider à financer la prise en charge juridique de nos clients gays et trans (aucun cas de lesbienne ou bisexuel à ce jour). Merci pour eux du fond du coeur !!!

Comment nous soutenir :

En utilisant Paypal :
paypal.me/Choosehumanity

Par virement bancaire :
Banque Raiffeisen de Fribourg Ouest, 1752 Villars-sur-Glâne
Compte : CHOOSEHUMANITY
Impasse du Croset 23, 1753 Matran
IBAN : CH35 8015 9000 0160 8406 6
BIC/SWIFT: RAIFCH22159

Avec mention « LGBT »

Belle année 2018 !!!

Entrer dans une nouvelle année, c’est souvent d’abord regarder dans le rétroviseur et faire défiler les événements marquants de la précédente. Une année 2017 marquée par une présence renforcée sur le terrain à Chios où la situation ne s’est pas améliorée avec le temps, bien au contraire.

 

C’est donc tout d’abord un grand MERCI que Choosehumanity tient à adresser à toutes celles et ceux qui ont soutenu ses actions. Un grand MERCI également aux différentes équipes sur le terrain sans lesquelles nous ne pourrions agir. Enfin et surtout, un grand MERCI à ces hommes, ces femmes et ces enfants victimes d’un système qui manque profondément d’humanité, qui nous ont accordé leur confiance et continuent de se battre pour garder espoir.

 

 

 

2017, année de l’officialisation de notre association qui nous a permis de déployer des activités dans différents secteurs :

Informations et promotion : hormis la participation à 3 émissions radiophoniques, notre association a fait l’objet de plusieurs articles dans la presse locale (La Liberté, Sept Info) et nationale (revues de Solidarité sans Frontières et de l’ACAT). La journée des réfugiés ainsi que deux marchés de Noël ont également contribué à nous faire connaître.

Actions sur le terrain : notre soutien aux réfugiés a pu se concrétiser de diverses manières : acquisition et distribution de produits de première nécessité (pampers, savons, brosses à dent, ….), distribution de nourritures aux familles vulnérables, soutien aux jeunes mineurs non-accompagnés qui ont quitté l’île mais continuent néanmoins de vivre dans la précarité, acquisition de jeux de stimulation pour jeunes enfants, premier envoi de sacs de couchages (50), prise en charge des frais de benzine afin de permettre à l’équipe FEOX de se rendre quotidiennement dans le camp de Vial pour y mener des activités avec les enfants. Nous avons également pu animer des séances de relaxation et de soutien psychologique dans divers centres de Chios (Hero Centre, Women Center notamment) ainsi que des ateliers de sensibilisation à l’EFT (Emotional Freedom Technic) à l’intention de bénévoles.

Emergency Legal Aid / ELA – Chios : Choosehumanity s’est associée aux initiateurs de ce projet destiné à soutenir juridiquement les réfugiés dont la demande d’asile n’a pas été acceptée en première instance, et donc la vie, de ce fait, peut être mise en péril. Un grand merci à l’association luxembourgeoise Catch a Smile (www.catchasmile.org) qui figure parmi nos généreux donateurs.

Recherche de fonds : l’exposition et la vente aux enchères d’œuvres d’art « REFUGE » a été un franc succès et nous a permis de renflouer nos caisses. Un grand merci aux artistes qui nous ont offert l’une de leurs œuvres. Relevons également que nous avons eu le privilège de recevoir un don de l’Inner Wheel Club de Fribourg et d’être soutenus par la Ville de Fribourg. La campagne « Un sac de couchage pour l’hiver »  nous a permis d’effectuer un premier envoi à Chios… Nous mettrons les bouchées doubles pour réunir les fonds nécessaires à couvrir les besoins 2018. Par avance un grand merci pour les idées que vous pourriez nous donner 🙂

A venir : surprise, surprise… Continuez à nous suivre, sur notre site ou sur Facebook 🙂

Que cette année à venir soit belle…. et plus sereine pour nos frères et nos sœurs en souffrance. Puisse-t-elle susciter de nouvelles synergies et des collaborations créatives. A toutes et à tous, le comité de Choosehumanity adresse ses meilleurs vœux !